OutDoor

Contacts

Stephanie Beiswenger
Stephanie Beiswenger
Responsable de projet, service aux exposants
+49 7541 708-410
+49 7541 708-2410
Kerstin Moßmann
Kerstin Moßmann
Responsable de projet, service aux exposants
+49 7541 708-416
+49 7541 708-2416
Stephan Fischer
Stephan Fischer
Coordinator Visitor Service
+49 7541 708-404
+49 7541 708-2404
Kommunikation
Kommunikation
+49 7541 708-307
+49 7541 708-331

L’habillement fonctionnel à l’OutDoor 2017 : légèreté et durabilité sont de mise

La catégorie de produits la plus importante détermine la tendance majeure dans la branche

Les jours du perfluorocarbone (PFC) dans la branche du plein air semblent comptés. Une bonne douzaine de sociétés, dont certaines qui comptent parmi les plus grosses, présentent au salon-phare OutDoor de Friedrichshafen des vestes à membrane exemptes de ce produit chimique. Le thème de la durabilité, comme celui de la légèreté, occupent une place prépondérante sur l’agenda dans le domaine de l’habillement fonctionnel.


Un petit pas pour le grimpeur italien David Bacci, un grand pas pour la branche. Lorsque Bacci, en février 2016, atteignit le sommet du Fitz Roy en Patagonie, une nouvelle ère est née : Bacci est le premier alpiniste professionnel à avoir maîtrisé une des ascensions les plus difficiles du monde avec une veste exempte de PFC. « La tenue exempte de PFC a mieux fonctionné que je ne le pensais au début. Il n’y a aucune raison, au plan fonctionnel, pour miser sur le PFC », indique David Bacci. Il souligne que les sommets devaient pouvoir être atteints en tenant compte de la durabilité, sans moyens incompatibles avec l’éthique ou produits chimiques nocifs.


La branche du plein air peut se passer de PFC, le plus gros salon européen du plein air le prouve. Bacci a choisi au contraire la technologie Analogy de Páramo. Les vestes à membrane, quant à elles, ne requièrent pas de PFC. La marque haut de gamme américaine, Marmot, apporte le « futur dans les vêtements de pluie », déclare Andy Schimeck, CEO Europe. La collection EvoDry de Marmot ne comporte absolument aucun PFC. Sympatex montre également dès aujourd’hui à Friedrichshafen ce que peut être le futur. Le fabricant de membranes a fait mettre au point la veste 4.0 dans un atelier : recyclée et recyclable, à 100 % exempte de PFC et 100 pour cent neutre au CO 2 , tout en gardant sa fonctionnalité.


Outre Marmot et Sympatex, Fjällräven, Haglöfs, Houdini, Jack Wolfskin, Klättermusen, Maier Sports, Mamalila, Pyua und Vaude présentent des membranes ne contenant pas de PFC. Les marques vont même parfois encore plus loin, car l’absence de PFC ne donne pas nécessairement la durabilité requise à une veste. Le futur d’une veste fonctionnelle défectueuse ou usée n’est ainsi pas la décharge, mais le recyclage du matériau de base qui permet de produire une nouvelle veste.


La durabilité a diverses facettes : des matières premières renouvelables au lieu des matières fossiles de base à la réduction de l’eau à la coloration ou dans la production de vêtements compostables et de circuits de recyclage fermés, en passant par les procédés et moyens de coloration naturels plutôt que chimiques. Houdini à présenté à l’OutDoor le « premier t-shirt entièrement compostable ». Röjk et Tierra montrent des vestes exemptes à 100 pour cent de biopolymères et donc à 100 pour cent de matières premières fossiles. Une chose est notable : les marques scandinaves et allemandes poussent à la durabilité. Ceci est dû d’une part aux conditions globales qui règnent dans les deux pays, d’autre part aux associations de plein air nationales.


Quelques nouveautés Lightweight font briller les yeux des férus de technique parmi les amis du plein air. La « L.I.M. Field Jacket » Haglöfs révolutionne le principe du stratifié par une membrane 1,5 couche super mince et cependant exempte de PFC. Le spécialiste japonais du Lightweight, Montbell, amène un « Tachyon Parka » d’un « poids » de 70 grammes, incluant une capuche en polyamide 7 Denier. Mammut présente la combinaison veste et pantalon « Eisfeld Light Softhshell » dans une technologie Seamless. Si la tenue « Eisfeld », avec ses 770 grammes, paraît bien lourde comparativement à la veste de Montbell, elle reste quand même bien légère si l’on considère le matériau extrêmement résistant à l’usure qui ne craint pas les frottements sur les rochers. Et, là encore, le matériau est exempt de PFC.


Léger et malgré tout chaud – voilà la combinaison dont rêvent les alpinistes. Arc`teryx fait de ce rêve une réalité avec le « Cerium SL Hoody » et son isolation duvet super légère qui fait obstacle à l’humidité grâce à une doublure synthétique judicieusement placée, en particulier au niveau des épaules. Patagonia prétend que son «  Micro Puff Hoody’ est la veste isolante synthétique la plus facile à empaqueter et possédant le meilleur rapport chaleur-poids. Berghaus note encore un record : la veste « GR20 Storm » se veut la veste Gore la plus respirante jamais fabriquée. Sa ventilation brevetée en fait la première veste à avoir passé avec succès le test Gore-Storm avec ventilation ouverte.

Top